Bandeau
Bandeau
 

bout1
bout2
bout4
bout5
bout6
bout3
bout7
 

Où garer votre Camping-Car à Senones?

CC

 

1997 Senones 1997
Une tempête de grélons
s'abat sur la ville
Chateau en flamme
Le centre de Senones
est bloqué par les glaces
 

Voyage en Croatie 2001

d'un camping-cariste vosgien

Drapeau de Croatie

 

 

Les Quelles

Le théatre

rue Illica

Promenade Strossmayer

Place principale

Lac de Plivice

Cascade de Plivice

Lac de Plivice

Cathédrale

Visages scultés

Autocamp Adriatik

Les ruelles de Trogir

Vestale Statue de mestrovic

Le palais de Dioclétien

Split

Dubrovnik

La fontaine Onofrio

Raguse

Placa

Placa

Korcula

Korcula

Korcula

L'île de Rab

Pula

Pula

La basilique euphrasienne

Les mosaiques à fond d'or Classée à l'Unesco

Venise

Tronchetto

 

Redécouverte après les années de guerre par les touristes de l'Europe centrale et les Italiens, la Croatie semble encore boudée par les camping-caristes français, sans doute du fait des récits souvent alarmistes de certains de nos compatriotes.

Ils ont tort, la côte dalmate est superbe et le Camping-car y est le bienvenu à condition de respecter les règles élémentaires de notre mode de loisirs.

Pour les informations officielles, le site de l'office du tourisme croate: CROATIE La Méditerranée s'agrandit

4 août 2001 Senones - Holzkirchen Süd

Le départ de Senones est fixé à 11 heures 30. En effet nous avons rendez-vous pour midi au sympathique Restaurant Neuhauser aux Quelles, à deux pas du vieux château de Salm, coté vallée de la Bruche. A chaque tournant un peu prononcé, un affreux bruit métallique se manifeste sous le plancher du camping-car et la montée du col du Hantz aggrave notre inquiétude. Autant dire que les vacances commencent bien! La recherche de l'origine du bruit dans l'après-midi n'aboutit qu'à des hypothèses peu probables et un arrêt à Strasbourg dans un garage ne décèle rien d'important. (Nous ne découvrirons la cause du bruit que plusieurs mois plus tard après de multiples tracasseries: il s'agissait d'une entretoise entre le châssis Alko et le plancher qui était mal boulonnée). Nous décidons de poursuivre notre route, advienne que pourra, d'autant que les autoroutes allemandes sont droites et que le bruit se fait progressivement oublier... Nous nous arrêtons vers minuit et demi sur une aire bien aménagée de l'autoroute après Munich à Holzkirchen Süd.

5 août 2001 Holzkirchen Süd - Zagreb

Lever tranquille à 9 heures et départ vers 10 heures. Après tout nous sommes en vacances! Mais décidément les dieux ne sont pas avec nous: il pleut sans interruption et la traversée de l'Autriche est triste et glaciale. Nous arrivons à la frontière Slovène à 17 heures. Le passage en douane se fait sans problème. La route est cependant difficile jusqu'en Croatie, malgré 1km d'autoroute à péage!

Arrivés à Zagreb vers 19 heures, nous commençons par faire un petit tour de repérage et nous découvrons une place de parking, bien située par rapport au centre ville qu'il est aisé de rejoindre à pied, rue Marceliça, à coté des Archives nationales, pas loin du théâtre et à deux pas de Ilica. Le parking est payant de jour: il faut donc prévoir de la monnaie (2 kunas de l'heure) et se lever de bonne heure le matin. Le soir, nous en profitons pour faire une agréable promenade dans Zagreb dont émane cette atmosphère si particulière des villes d'Europe centrale.

6 août 2001 Zagreb - Plivice

Aujourd'hui est consacré à la visite de Zagreb. Zagreb est devenue la capitale de la Croatie depuis 1991 après la division de l'ex-Yougoslavie. J'étais passé à de nombreuses reprises à Zagreb, mais sans m'y arrêter vraiment.

La rue Ilica est l'artère centrale de la ville, sans doute la plus ancienne et la plus longue rue de la capitale. Elle est parcourue par un vieux tram qui remplace agréablement les voitures. Un funiculaire permet d'accéder facilement à la partie haute de la ville, Gornji Grad avec son église S.Marc aux toits décorés et à la curieuse promenade Strossmayer.

La descente se fait par la cathédrale neogothique. La visite le long des rues s'agrémente de quelques achats, en particulier de shorts que nous avons tout simplement oublié d'emmener. Le ciel bleu depuis le passage de la frontière de la Croatie et les températures redevenues estivales, nous autorisent un petit capuccino à la terrasse d'un café de la place principale...

Dans l'après-midi, nous reprenons la route pour Plivice, en passant par Karlovac, la ville aux 4 rivières. Par endroit nous remarquons quelques traces de la guerre encore récente qui a marqué ce pays: impacts de balles sur les façades, maisons détruites... A Plivice , pas d'autre choix que le camping près du site. Le soir, il est envahi par les camping-cars qui se retrouvent parqués près de l'entrée et il faut absolument éviter ces emplacements.

Heureusement le camping est grand, et il est possible de se trouver un petit coin relativement tranquille même en été.

7 août 2001 Plivice

Bon plan pour visiter Plivice à demi-tarif. Certes, ce n'est pas très moral: Quatre jeunes français nous abordent pour nous proposer de racheter leurs billets à demi-tarifs. Il suffit de les faire tamponner à la réception du camping et ils sont valables pour la journée. Il est en effet possible de retourner dans le parc autant de fois que l'on veut avec les mêmes billets. Je vous donne la combine, mais vous n'êtes pas du tout obligé de vous comporter aussi mal

Le parc de Plivice est un monde féerique et l'enthousiasme est total. Une journée ne suffit pas à prendre tout le plaisir que le parc peut donner. La promenade démarre par la descente dans la vallée des lacs. Nous suivons des chemins de rondins à travers les roseaux et les cascades. Une petite halte au bord du lac principal nous permet de nous exposer un peu aux rayons du soleil.

Embarquement sur un bateau pour prolonger l'enchantement et marche jusqu'aux lacs les plus hauts. Le retour se fait dans un petit train qui longe la vallée.

08 août 2001 Plivice - Zadar - Biograd

Jolie route entre Plivice et Zadar. La mer se fait désirer au détour de chaque montagne et plus nous nous en approchons et plus nous avons le sentiment qu'elle n'arrivera jamais. Parvenus enfin à Zadar, nous nous garons le long du port, sous les remparts de la vieille ville et nous mangeons avec les bateaux, la mer, le soleil et la chaleur retrouvée pour décor.

Il fait 40°, mais les ruelles de Zadar aux pavés lisses et brillants sont fraîches et nous conduisent facilement dans la ville blottie autour de son ancien forum. A proximité, l'église de St Donat est construite avec les restes des colonnes romaines.

A la sortie de la ville, nous trouvons une petite plage de galets presque déserte qui nous donne notre première baignade et un bon bain de soleil. Nous parvenons le soir à l'Autocamp de Biograd, plus au Sud, camping bondé, sans charme et à éviter. Décidément, sur ce point là, la guerre n'a rien changé et la situation est identique à mes précédents séjours dans les années 80.

09 août 2001 Biograd - Sibenik - Primosten

La petite ville de Vodice nous accueille le matin. Au bout du port, après une traversée délicate par des ruelles où les règles de stationnement paraissent bien curieuses, nous découvrons une jolie zone de baignade bien agréable par la forte chaleur qui règne et à laquelle nous n'avons pas encore eu le temps de nous habituer. Un restaurant tout près comblera nos appétits pour midi, avant de gagner Sibenik. Pas de difficulté pour se garer à Sibenik grâce à un grand parking situé à proximité du centre historique de la ville. Les ruelles descendent en pente douce ou entrecoupées d'escaliers vers la mer et la cathédrale. La cathédrale, si caractéristique, est inoubliable, édifice de pierre à mi-chemin entre le gothique et la renaissance, avec ses nombreux visages sculptés sur les parois extérieures des absides.

A quelques kilomètres au sud de Sibenik, nous passons devant l'Autocamp Adriatic de Primosten. Nous apercevons de la route quelques belles places disponibles en terrasse devant la mer et nous nous laissons tenter. En fait nous avons envie de souffler un peu!

10 août 2001 Primosten

Une journée de repos. Il fait 38°5 ce matin, c'est à dire une température qui invite à la nonchalance. Et puis la conduite sur les routes croates n'est pas toujours aisée en raison de l'importance du trafic sur la route côtière, de la dégradation du revêtement de bitume et des nombreux camions loin d'avoir une conduite irréprochable.

Alors, nous nous installons dans une journée de lecture, de plage et de soleil, remettant au lendemain la poursuite de notre périple.

11 août 2001 Primosten - Trogir - Split - Makarska

La nuit a été mouvementée.

De grandes rafales de vent ont secoué le camping-car me contraignant à remballer l'auvent au milieu de la nuit.

La route suit la côte dalmate et les paysages sont magnifiques. Trogir est à une trentaine de kilomètres de Primosten. Le parking se fait sous une grande pinède à l'entrée de la ville. Nous gagnons la cité fortifiée à pied. Trogir semble recroquevillée tout autour de sa cathédrale dans un petit îlot de terre. La cathédrale est en réparation, pleine d'échafaudages et interdite à la visite. Nous n'en admirerons que le portail sculpté. La cité est constituée d'un labyrinthe de ruelles où il fait bon flâner et se perdre, voire d'y dénicher un restaurant logé dans une courette pour y déguster du poisson frais.

Split est très proche et il ne faut pas longtemps pour s'y rendre depuis Trogir. Mon premier objectif était de revoir la galerie Mestrovic, célèbre sculpteur croate qui fut l'élève de Rodin. Moins bien entretenue qu'autrefois et pratiquement vide de tout visiteur, une boutique de souvenirs peau de chagrin à l'entrée, elle renferme toujours ces magnifiques statues de l'artiste. Vraiment, si vous passez à Split ne manquez pas la visite de cette galerie! Le Kastelet est un peu plus haut à gauche et mérite aussi un détour, ne serait-ce que pour ce Christ en croix stylisé et très curieux.

En ville, le palais de Dioclétien se fond dans les constructions qui l'envahissent. On y rencontre le mausolée de l'empereur et un temple de Jupiter. Alors que nous dégustions une glace à la terrasse d'un café sur la place de la mairie, une pluie de cendres s'abat sur nous, témoin des feux environnants et du vent qui se lève à nouveau.

Nous gagnons Makarska pour échapper aux risques d'incendie. Au nord de la ville nous trouvons un grand parking où se sont déjà installés des gens du voyage. La nuit sera un enfer avec des vents très violents qui malmèneront sans cesse le camping-car grinçant de toute part et nous empêchant de dormir.

12 août 2001 Makarska - Drevnik

Après une nuit quasiment sans sommeil, l'aube nous tire du lit.

Les vents sont encore violents et nous renonçons à la visite de Makarska pour poursuivre plus au sud. Tel un abri dans la tempête, nous découvrons au détour d'un virage, une petite plage abritée et bordée d'un parking accueillant à Gornja Vala, un peu après l'embarcadère de Drevnik.

Le gardien du parking en profite pour nous extorquer 50 kunas au lieu des 20 réglementaires. Mais l'eau est claire et eole apaisé. Des petits restos sympathiques bordent le long de la mer et feront notre affaire pour le repas du soir. Le coin semble apprécié des camping-caristes qui s'y arrêtent en grand nombre dans la journée mais heureusement n'y passent pas la nuit. Les villageois se promènent en soirée un peu à la façon de la passagiata italienne.

13 août 2001 Drevnik - Dubrovnik

Les paysages sont superbes tout au long de la "merveilleuse", cette route qui longe la côte dalmate du nord au sud. Il nous faut faire un court passage en Bosnie Herzégovine avant d'atteindre les parcs à huîtres de Ston.

A l'entrée de Dubrovnik, un pont immense est en construction pour éviter le long trajet autour d'une anse qui s'enfonce dans les terres. Difficile de se garer en fin de matinée aux abords de la vieille ville avec un camping-car. Les parkings payants sont saturés et les places sont chères. Finalement, nous découvrirons une place dans la ville moderne et nous ferons le chemin à pied.

Ah Dubrovnik, martyrisée par la guerre récente, quel plaisir de te revoir! Toujours aussi belle, peut-être même plus que dans mes souvenirs! A l'entrée, la grande fontaine d'Onofrio désaltère inlassablement les touristes, Placa, la rue principale, conduit nos pas vers le port et les nombreuses ruelles escaladent de part et d'autres les rochers qui bordent l'ancien chenal. Les boutiques me paraissent moins nombreuses qu'autrefois le long de Placa. Un Point Internet découvert dans une rue adjacente, et c'est le soleil de la Dalmatie qui envahit les boîtes aux lettres virtuelles de nos amis restés à Senones. Vers 21 heures, nous quittons l'ancienne Raguse, pour nous diriger plus au sud et contempler la vue imprenable de Dubrovnik illuminée la nuit. Le camping de Kupari est accueillant et nous permet de faire sans souci le plein d'eau.

14/08/2001 Dubrovnik - Korcula

Zut! la douche est froide. La matinée sera consacrée au ménage dans le camping-car, qu'il faut bien faire de temps en temps.Nous remontons vers Dubrovnik pour admirer depuis la route de montagne la vue superbe sur la vieille ville et le port. Nous roulons tranquillement jusqu'à Slano où nous nous arrêtons pour déjeuner et profiter de la plage dans un endroit calme.Puis notre itinéraire oblique dans la presqu'île de Peljesac, sur une route montagneuse à travers les vignes jusqu'à Orbenic où nous nous embarquons immédiatement pour Korcula. Korcula, vieille cité construite sur un promontoire nous surprend. Nous nous installons sur le parking du port après avoir négocié le coût de la nuit avec le gardien et nous partons aussitôt pour une ballade dans les ruelles de la ville. Le restaurant Marco Polo nous accueillera pour le repas. A la table d'à coté, des français au verbe haut tiennent des propos qui nous donnent un peu honte de notre nationalité. Dommage! La ville nous a cependant séduite et nous rentrons au camping-car garé le long d'un superbe yacht venu s'amarrer pendant notre absence.

15/08/2001 Korcula

Le réveil sur le port au pied des remparts et le long des bateaux à quai, nous rappelle qu'un camping-car est un hôtel quatre étoiles que l'on gare dans les endroits les plus beaux du monde... Promenade dans les ruelles touristiques de Korcula pour y acheter quelques babioles qui feront de très jolis cadeaux à notre retour et une série de cartes postales que nous écrirons dans l'après midi sur le port de Vela Luka à l'autre bout de l'île. Malheureusement, pas de possibilité de Ferry entre Vela Luka et Hvar.De retour à Korcula, nous nous installons dans l'Autocamp sous la Pinède. Un emplacement modeste, compte tenu de l'affluence, une plage agréable, mais des sanitaires laissant à désirer et un prix prohibitif (173 kunas).

16/08/2001 Korcula - mer - Hvar

Lever matinal pour profiter pleinement de la plage avant l'embarquement à 14 heures sur le Marco Polo en direction de Stari Grad sur l'île de Hvar. Cette traversée est chère (888 kunas), mais au demeurant très agréable, à travers les îles.

Un parking payant (40 kunas), pas très engageant, mais pratique car à deux pas de la ville de Hvar nous accueille pour la soirée et la nuit.La Pjaca, place centrale de la ville, entourée de bâtiments remarquables et occupée en son centre par un vieux puits, est vraiment splendide. Dans un ancien palais, un restaurant a été aménagé pour notre plus grand plaisir et nous dînons dans l'arrière cour. Les magasins sont ouverts tard dans la soirée et nous flânons pendant quelques heures en quête d'un objet original à rapporter dans nos affaires.

17/08/2001 Hvar - Drevnik

Dernière balade dans Hvar et départ en direction de Sucuraj pour rejoindre l'embarquement vers Drevnik. La route est aussi belle que difficile à certains endroits avec des passages très étroits, des ravins profonds et des croisements dangereux avec notre véhicule plus large que les voitures. Les roues droites sont à la limite de la chaussée sans parapet et chacun retient son souffle. A Jelsa, un camping abandonné surplombe la mer et nous permet une halte et le ravitaillement en eau.Pendant l'attente du ferry qui durera une heure, la route jouxtant la mer, il nous est difficile de résister à un plongeon dans les rochers.Le soir nous retrouvons le parking de Gornja Vala.

18/08/2001 Drevnik - Trogir - Primosten

La remontée de la côte nous oblige à refaire une partie du parcours de l'aller. Nous nous arrêtons dans les villes déjà visitées mais tellement agréables, Split et Trogir, puis nous parvenons en fin d'après midi au camping Adriatik de Primosten.

19/08/2001 Primosten

Dimanche. Nous décidons de prendre un peu de temps et nous traînons au camping. Pancakes au petit déjeuner, matinée de plage, coups de soleil et parties de cartes en soirée.Demain, nous avons une longue route à faire avant de rejoindre l'île de Rab.

20/08/2001 Primosten - Rab

Dès que nous restons plus d'une journée au même endroit, c'est le grand déballage. Le matin, il nous faut tout regrouper, démonter la tente des filles, ranger le camping-car, se laisser aller à un plongeon dans la mer avant d'espérer pouvoir prendre la route sur le coup de 11 heures. La route jusqu'à Zadar est facile, et nous arrêtons pour midi sur le port à coté des remparts. Après Zadar, les choses se compliquent. La chaussée est en mauvais état et, malgré un paysage superbe, la conduite est difficile d'autant que les sinuosités de la route rendent les conducteurs croates imprudents. Le bac pour l'île de Rab se prend à Jablanac. Heureusement peu de monde dans la file d'attente et nous embarquons rapidement.

A Rab, nous trouvons un parking payant un peu à l'écart de la ville, au prix touristique et prohibitif (70 kunas), mais relativement bien placé pour une visite en soirée de la petite cité. Un camping-car français vient s'installer à coté de nous. Visiblement, leurs filles grandes adolescentes, leur posent quelques soucis. Rab fait partie de ces délicieux ports insulaires très touristiques et grouillants de monde le soir où il est très agréable de flâner à la fraîcheur de la nuit débutante.

21/08/2001 Rab- Krk

Le passage de Rab à Krk nous vaut quatre heures d'attente, en raison de la faible fréquence des bacs et de leur capacité de chargement limitée.

Un grand parking jouxte le port de Krk (imprononçable ce nom!) Dans une ambiance sensiblement similaire à celle de Rab, ce paisible port est dominé par le clocher à bulbe de la cathédrale romane qui le rend facilement reconnaissable lors du tri des photos au retour des vacances. Ces dernières touchant bientôt à leur fin, cette étape sera l'occasion de faire quelques emplettes et d'acheter les cadeaux manquants.

Un grand pont impressionnant relie l'île de Krk au continent, au sud de Rijeka.

Nous gagnons Pula où les ruines de l'amphithéatre romain construit sous le règne d'Auguste sont le symbole de la ville. Le parking du site permet éventuellement de passer la nuit en sécurité, mais à vrai dire l'endroit n'est pas particulièrement sympathique. Une promenade dans la vieille ville permet d'admirer les vestiges de la ville romaine et de goûter encore l'athmosphère des villes de la côte adriatique orientale.

L'Istrie est très prisée par les touristes européens et il existe de nombreux et grands campings particulièrement bien aménagés et très chers. Nous avons essayé le camping de Meduline à moité vide en cette fin de saison. Il est divisé en deux parties, dont une réservée au nudisme pour ceux que cela tente. Les équipements sont en relation avec le prix, et le terrain est pourvu d'installations spécifiques pour camping-car.

23/08/2001 Pula - Porec - Venise

Dernier jour en Croatie.Porec est une ville fortifiée construite sur une péninsule. Elle est la ville la plus visitée de l'Istrie à cause de son extraordinaire basilique euphrasienne datant du VIème siècle.Décorée de mosaiques à fond d'or, elle a été classée au patrimoine mondial de l'Unesco en 1997.

Une dernière baignade dans les flots bleus de l'adriatique avant de rejoindre Trieste et l'autoroute qui mène à Venise.

Le parking du Tronchetto reste à mon avis, le meilleur endroit pour aborder Venise en camping-car lorsque l'on est de passage.

24 et 25/08/2001 Venise - Senones

Venise est éternelle. Les filles et les pigeons de la place Saint-Marc sont ravis. Promenade sans but précis dans les ruelles et les campi. Flânerie devant les boutiques.

Le départ pour Senones se fait vers 16 heures. Nous passons la nuit juste avant le tunnel du Gottard et nous atteignons Senones le lendemain en début d'après midi.

La Croatie? Dépéchez vous d'y aller avant qu'elle ne redevienne la destination phare des camping-caristes européens et que la tolérance diminue avec l'affluence.

 
   
   
   
      Site senones.com: adresse : www.senones.com ou www.senones.eu - Webmaster: webmaster@senones.com - © Tous droits réservés 2011